20 janvier 2022

Comment freiner l’épidémie

L’adaptation locale des mesures annoncées par le Président de la République nous évite un reconfinement.

Face à la progression de l’épidémie de covid-19, le Président de la République a annoncé la mise en place d’un second confinement sur l’ensemble du territoire national. Du fait des spécificités des territoires ultramarins, la Guadeloupe ainsi que la plupart des départements et collectivités d’outre-mer, n’est pas concernée. 

En effet, les mesures prises en Guadeloupe depuis plusieurs semaines semblent faire la preuve de leur efficacité :  

– Le taux d’incidence qui mesure le nombre de personnes positives à la covid-19 est passé de 278,07 à 69,52 / 100 000 habitants en un mois. 

En effet, les mesures prises en Guadeloupe depuis plusieurs semaines semblent faire la preuve de leur efficacité. 

 – Le taux d’incidence qui mesure le nombre de personnes positives à la covid-19 rapporté au nombre de tests réalisés sur une semaine est descendu à 11,02 %, contre 22,71 % fin septembre.

– Le facteur de reproduction effectif du virus, qui représente le nombre moyen de personnes qu’une personne infectée peut contaminer, est désormais de 0,60.

Une forte vigilance est maintenue

Ces taux restent au-dessus des seuils de vigilance, aussi, le préfet décide de reconduire les mesures adoptées précédemment jusqu’au 15 novembre 2020 et rappelle, qu’en dépit de la baisse de ces indicateurs, une forte vigilance doit être maintenue et les mesures de précaution doivent continuer à s’appliquer notamment pour protéger les plus fragiles.  

Une pression importante continue de peser sur le système hospitalier avec l’entrée de 21 patients diagnostiqués positifs à la covid-19 dont 1 entrée directe en réanimation la semaine dernière.  Au dimanche 25 octobre, il y avait 19 personnes COVID + hospitalisées dans le service de réanimation du CHUG et 66 dans les services de médecine des établissements hospitaliers de Guadeloupe. 

Les efforts de ces dernières semaines commencent à payer, il faut continuer à faire baisser les indicateurs. Un relâchement survenant trop tôt anéantirait les efforts de ces dernières semaines et pourrait conduire à devoir reconfiner le territoire. A l’image de l’Hexagone, une nouvelle évaluation de la situation sera donc effectuée dans deux semaines. 

Pas de relâchement pour la Toussaint

Une vigilance renforcée doit avoir lieu cette fin de semaine avec les fêtes de la Toussaint, à l’occasion desquelles il est absolument nécessaire de continuer à respecter les gestes barrières et les mesures administratives en vigueur. Le préfet indique en effet que l’archipel dispose toujours d’indicateurs épidémiologiques supérieurs aux seuils d’alerte.  

Compte tenu des récents attentats sur le territoire national, le préfet appelle également à la vigilance collective. Les forces de l’ordre nationales et municipales sont mobilisées à cette fin.