21 mai 2022

THEATRE Les Crapauds fous en tournée

La troupe Courtes Lignes reprend ce mois de novembre sa saison théâtrale interrompue en mars par le confinement lié au Covid-19.

Chaque année, la troupe théâtrale Courtes Lignes, fondée par Anne-Marie Clerc et Claude-Georges Grimonprez, présente une nouvelle pièce de théâtre, révélant de jeunes talents.

Cette année, la crise Covid-19 a obligé la troupe d’abord au confinement, ensuite à une reprise des répétitions dans des conditions particulières : masques, gestes barrières, etc.

« Pas d’inquiétude, tous les protocoles sanitaires seront bien sûr mis en place et les masques exigés pour les représentations », rassurent les Courtes Lignes.
Il est question de demi-jauge dans les salles pour permettre de la distanciation entre les spectateurs qui ne se connaissent pas.

« C’était pour nous important de tenir notre engagement auprès de nos sponsors et de notre public. »

Anne-Marie Clerc-Grimonprez, fondatrice de la troupe

Les Crapauds fous ont eu d’emblée du succès et le travail accompli au fil des mois méritait un aboutissement malgré tant de barrières.
« Qu’aurions-nous fait pendant le confinement sans les vidéos de films, de concerts, de pièces de théâtres ? Sans le chant, la peinture  ou la photographie ? Nous comptons donc sur vous, pour soutenir le fait que la Culture et les artistes ont besoin d’exister et d’apporter au public dans ces circonstances particulièrement étouffantes une bouffée d’oxygène ! », soulignent nos Courtes Lignes.

L’histoire

La pièce est tirée de l’œuvre de Mélody Mourey.

En 1990, à New York, une jeune étudiante en psychologie rend visite à Stanislaw, médecin à la retraite, pour en savoir plus sur son grand-père, Eugène, et sur ses actions pendant la Seconde Guerre mondiale.

1940, Rozwadów, Pologne. Deux jeunes médecins, Eugène et Stanislaw, mettent au point un ingénieux stratagème pour berner les nazis et empêcher les déportations de tous les habitants menacés… Mais leur ruse ne tarde pas à éveiller les soupçons dans les rangs du IIIe Reich et les deux amis doivent rivaliser d’inventivité pour que le château de cartes qu’ils ont érigé ne s’écroule pas sur eux.

Dans cette histoire, qui oscille entre deux époques, se croisent une vingtaine de personnages pris dans les rouages fragiles d’une machination vertigineuse.

Au programme

. Palais Félix-Proto, aux Abymes, les 6 et 7 novembre à 20 heures
. Ciné-théâtre de Lamentin les 13 et 14 novembre à 20 heures, les 27 et 28 novembre à 20 heures et le dimanche 29 à 16 heures
. Salle Robert-Loyson, au Moule, les 20 et 21 novembre à 20 heures et le dimanche 22 à 16 heures