21 mai 2022

La grogne des marins-pêcheurs de Martinique

A l’appel d’Olivier Marie-Reine, président du Comité Régional des Pêches et des Elevages, plus de 200 marins-pêcheurs et professionnels de la mer étaient réunis à Fort-de-France, ce lundi 11 janvier.

En Martinique, les marins-pêcheurs et professionnels de la mer ont manifesté leur colère contre les nouvelles lois européennes imposant des normes pour les distances de navigation. « Respekté maren péchè », pouvait-on lire sur leur banderole. Un message clair adressé aux autorités compétentes.

Réunis sur le front de mer tôt ce lundi 11 janvier, les professionnels se sont ensuite rendus au Fort Saint-Louis pour rencontrer le responsable de la Marine nationale, sans succès. Les marins-pêcheurs ont donc pris la direction de la Préfecture où ils ont pu être entendus en fin de matinée par le préfet, Stanislas Cazelles.

Aux nouvelles lois, s’ajoutent des difficultés financières…

Au centre des revendications des marins-pêcheurs, l’adaptation des nouvelles lois européennes concernant les distances de navigation et les difficultés d’ordre financier que rencontre la profession, notamment à propos des rôles, outils indispensables de travail. Selon les marins-pêcheurs, depuis quelques semaines, « la gendarmerie maritime fait la chasse aux pêcheurs en leur expliquant que leurs embarcations ne sont pas aux normes pour aller au large. »

Des remontrances qui ne tiennent pas compte du contexte de pêche locale : une pêche artisanale à bord de yoles et non pas de gros chalutiers comme en France hexagonale. D’autre part, les marins-pêcheurs ont de plus en plus de mal à être à jour de leurs cotisations sociales auprès de l’URSSAF et la tolérance ne semble plus de mise dans le contexte actuel. Conséquence immédiate : si les marins-pêcheurs ne sont pas à jour, ils ne peuvent obtenir leur rôle pour travailler légalement. 

Rodolf Etienne