13 juin 2021

Une casquette de chasseur d’intérêts privés autour de l’eau pour Olivier Serva

Mercredi 3 mars, le député et président de la Délégation aux Outre-mer, Olivier Serva, a été nommé rapporteur de la Commission d’enquête relative à la mainmise sur la ressource en eau par les intérêts privés et ses conséquences.

Le député Olivier Serva sera intraitable. Photo DR

Comme l’a rappelé la présidente du groupe la France insoumise de la commission d’enquête, la députée Mathilde Panot : « Cette commission réaffirme que l’accès à l’eau et l’assainissement est le défi du siècle. L’accès à l’eau est mis en danger par le réchauffement climatique mais aussi par son accaparement par des multinationales ».

La Générale des Eaux
devrait être dégradée !

C’est une opportunité pour le député Olivier Serva d’évoquer des problématiques relatives à l’accès à l’eau dans un contexte particulier.

« Cette commission d’enquête sera l’occasion d’analyser la gestion de la Générale des Eaux en Guadeloupe durant des décennies ayant manifestement conduit à un entretien défaillant du réseau », a-t-il déclaré.


Elle permettra d’envisager les effets de l’accaparement de cette ressource essentielle au regard de l’intérêt général.
La question de l’assainissement et du grand cycle de l’eau seront également des objets d’étude de cette commission d’enquête parlementaire. Elle devra faire toute la lumière sur la pollution de l’eau aux pesticides tels que le chlordécone, l’atrazine ou encore le glyphosate. 

Le Rapporteur croit
au principe « pollueur-payeur »

De plus, le Rapporteur envisage que la Commission étudie « le paiement de l’eau en fonction des revenus de chacun », ce qui est une excellente idée, l’habitude sous nos latitudes étant d’éviter de payer l’eau si on a un élu dans la poche…
Les moyens de fourniture en eau aux administrés lors des coupures devraient également être abordés.

« Enfin, a dit Olivier Serva, cette Commission d’enquête ne saurait demeurer étrangère aux questions liées à l’éventuelle privatisation des barrages hydrauliques. Lesquels dépendent aujourd’hui d’EDF mais risquent de tomber dans le domaine privé du fait d’une ouverture à la concurrence au niveau de l’Union européenne. »

Cette commission d’enquête pourrait être, si les lobbies ne s’en mêlent, l’occasion pour l’Assemblée nationale d’aller au plus près des problématiques liées à l’eau sur l’ensemble du territoire de la Nation et donc aussi en Outre-mer, avec un déplacement en Guadeloupe que souhaite le Rapporteur qui ne craint pas de montrer le pire à ses collègues hexagonaux.