06 février 2023

Le SNES-FSU demande… des moyens renforcés

« Malgré la crise sanitaire, préserver l’action collective, améliorer les conditions de travail des collègues et la réussite des élèves », c’est le leit-motiv du SNES-FSU qui, dans un communiqué, fait valoir certaines revendications.

Constatation : « Alors qu’il semble toujours difficile de voir le bout du tunnel de cette crise sanitaire, force est de constater que notre métier a été profondément modifié, désorganisé et entravé par le Covid19. »

C’est ka faute des élus : « Le confinement a entraîné la déscolarisation d’une majorité des élèves de notre territoire, punis par la misère sociale et par l’incapacité des élus à tous les niveaux à assurer un accès Internet haut débit sur l’ensemble du territoire. »

Et se rappeler : « La rentrée scolaire au mois de septembre, avec le port du masque, sans distanciation sociale et sans effectifs réduits, n’a pas permis de rattraper les manques béants de l’année passée. Le port du masque oblige les enseignants à revoir leurs pratiques pédagogiques et est une cause indéniable de fatigue pour tous. Alors que la délégation du ministère avait pointé les inégalités en termes d’Éducation Prioritaire que subit notre jeunesse, aussi bien par rapport aux autres outres-mers que par rapport à la France, c’est encore 17 postes qui seront fermés après les centaines depuis dix ans. Loin de s’intéresser à la situation très difficile pointé par le rapport de la cour des comptes, la Rectrice suit son calendrier personnel et ne propose aucune politique éducative, se contentant de découvrir les suppressions pendant les réunions. »

Déjà des menaces
sur la prochaine rentrée

Encore la faute des élus. Décidément… « Alors que la campagne de vaccination avance bien trop lentement, des interrogations se posent sur les conditions de rentrée prochaine. Pire, les errements des élus entraînent des grèves qui occasionnent la fermeture des établissements scolaires ! »

C’est pourquoi lors de ce congrès, le SNES-FSU lance un appel pour un plan d’urgence pour la Guadeloupe :
• Classement immédiat de l’ensemble des collèges en REP+.
• Plan de titularisation pour les non-titulaires.
• Application de la grille indiciaire pour les contractuels toujours en attente depuis le  décret du 29 août 2016 et la circulaire du 13 mars 2017
• Augmentation sur cinq ans de 100 titulaires par an pour résorber la précarité, et assurer les capacités de remplacement.
• Câblage de tout le territoire en très haut débit pour réduire la fracture numérique.
• Dotations d’urgence de tous les collèges et lycées de l’académie pour réduire la fracture numérique et pédagogique.