14 mai 2021

Daniel Gibbs : « Fiers de nos actions, de notre résilience, de notre résistance ! »

Présentation du budget primitif de 2021, en séance plénière du Conseil territorial, lundi 12 avril, à la Collectivité Territoriale de Saint-Martin. Dans la foulée, le président Daniel Gibbs a tenu à présenter le projet de requalification du Front de mer de Marigot dont le concours d’architecte a été lancé le 18 décembre 2020. 

Un conseil décisif pour stabiliser les finances de la collectivité. Photo CT

Sur le budget, le président Daniel Gibbs s’est montré optimiste, malgré l’adversité des éléments naturels.

« Le manque de personnel des différentes directions (commande publique, finances, notamment…) en charge d’effectuer le suivi des chantiers, des opérations, des marchés publics a eu, ces deux dernières années, un impact sur le taux de réalisation des budgets. 
Et vous n’ignorez pas que, depuis Septembre 2017, Saint-Martin a été confronté à de considérables et inédits fléaux. 
Malgré tous ces vents contraires, non seulement nous avons tenu bon, mais, de surcroît, nous avons réussi à maîtriser nos finances tout en investissant : depuis 2017, une centaine de millions d’euros de dépenses d’investissement ont été dépensés, ce qui, vu le contexte, n’est pas anodin !…

En particulier, depuis quatre ans, la COM a dépensé pour la réfection des routes près de 4,5 M. €, et  le rythme des travaux va considérablement accélérer en 2021. Pour les travaux de voirie (je pense notamment à l’enfouissements des réseaux et aux travaux pour les évacuations des eaux pluviales), la COM a dépensé 13,4 M. € depuis le début de la mandature… »

« Des évolutions encourageantes
qui contredisent les prophéties budgétaires apocalyptiques
des oiseaux de mauvais augure. »

DANIEL GIBBS

Il poursuivait : « Parallèlement, depuis 2017, notre dette a baissé de plus de 16 M. € : désormais, notre capacité de désendettement, inférieure à deux ans, est presque trois fois meilleure que la moyenne des collectivités françaises. Tout cela renforce notre crédibilité, et va nous permettre, à nouveau, d’emprunter à des taux extrêmement bas pour préparer l’avenir. 

Dans notre contexte post-IRMA et post-COVID, ces évolutions sont encourageantes : elles contredisent les prophéties budgétaires apocalyptiques des oiseaux de mauvais augure. 
Et elles montrent à tous que, plus que jamais, loin d’être des « enfants gâtés », les Saint-Martinois prennent leur destin en main… 

Nous pouvons donc être fiers de nos actions, de notre résilience, de notre résistance !  Et nous allons encore monter en puissance ces deux prochaines années, en privilégiant la jeunesse saint-martinoise puisque 41,2 M. € sont prévus d’ici 2023 pour les établissements scolaires : je pense notamment aux deux collèges, deux grands chantiers qui avancent… »

« La solidarité européenne, comme
doit l’être la solidarité nationale,
n’est donc pas un vain mot. »

Le président Daniel Gibbs a loué la mise en œuvre des plans de relance, national et européen. « Nous allons pouvoir bénéficier d’importants moyens financiers, avec des montants pratiquement inespérés jusqu’alors. 

Ces subventions nous permettront de terminer la reconstruction et d’amorcer la relance de notre économie qui, vous le savez, souffre terriblement des restrictions imposées en termes de déplacements aériens. 
Nous allons aussi pouvoir engager le processus de rattrapage de nos équipements structurants, promis par l’Etat en 2007, rappelé en 2017 mais hélas jamais concrétisé à ce jour. 

L’Union européenne va contribuer à cet effort à un niveau inédit : nous devrions bénéficier de 45 M. € de subventions européennes d’ici 2023. Et d’ici 2027, nous pouvons espérer, a minima, un montant de 115 M. €. 
La solidarité européenne, comme doit l’être la solidarité nationale, n’est donc pas un vain mot. 

C’est aussi le résultat de nos combats : durant la présidence saint-martinoise de la conférence des Présidents des RUP, entre 2018 et 2020, les Régions ultra-périphériques, unies et déterminées, ont réussi à sauver les généreux taux de co-financement et à garantir l’augmentation des enveloppes. Ce travail de l’ombre, technique et politique, a porté ses fruits. C’est important, et je tenais à vous le rappeler.»

« Le défi sera particulièrement
crucial entre 2021 et 2023. »

« Mais attention, a-t-il prévenu. Ces sommes importantes, méritées et bienvenues, ne nous seront acquises que si, et seulement si, nous parvenons à les consommer en temps voulu. 
Le défi sera particulièrement crucial entre 2021 et 2023. Nous devons être à la hauteur de ces enjeux et de ces opportunités. La COM va donc encore renforcer nos équipes dédiées pour monter en puissance. 
Là aussi, en investissant dans les ressources humaines, nous investissons dans l’avenir des Saint-Martinois… »

Requalifier le front-de-mer

Un beau projet qualitatif. Une façade attractive pour le tourisme et la vie quotidienne des citoyens de Saint-Martin. Photo CT

Par cette requalification, allant du parking de Galisbay au giratoire de l’Office de tourisme, la mandature Team Gibbs souhaite créer une zone valorisante, qualitative, autant pour les exploitants des infrastructures publiques qui seront construites et mises à disposition, que pour la population et les visiteurs qui profiteront du lieu. 

Le cahier des charges prévoit un aménagement sur 4 ans, avec 5 phases d’action :
. L’aménagement d’une promenade paysagée devant le cimetière, 
. L’aménagement d’espaces verts autour de la Marina Fort Louis,
. L’aménagement d’une place végétalisée devant la gare maritime (en cours de rénovation), 
. L’aménagement d’une zone commerciale, avec une halle accueillant le marché : les marchands ambulants, les étals d’artisanat et le marché alimentaire (24 étals et 10 boutiques), 
. La réhabilitation de l’amphithéâtre pour accueillir les manifestations culturelles. 

Quatre restaurants, seize lolos

La Collectivité prévoit également la construction d’un nouveau bâtiment accueillant 4 restaurants et une zone dédiée à la restauration traditionnelle (Lolos), soit au total, 4 restaurants et 16 lolos. Les mosaïques existantes dans l’ancien bâtiment seront conservées autant que de possible et valorisées dans le cadre de la reconstruction. 

Les conteneurs actuels installés sur le Front de mer sont des installations temporaires. Ils seront à terme enlevés de cette zone pour laisser la place à une infrastructure en dur, entièrement nouvelle.

Les candidats au concours d’architecte sont invités à plancher sur l’aménagement d’un Front de mer, accueillant, fonctionnel, avec une circulation et un stationnement entièrement repensés, des espaces verts en cohérence avec la zone, du mobilier urbain et un éclairage nocturne. 

Dynamiser le centre-ville

Les candidats doivent également penser un aménagement ouvert sur le centre-ville afin que celui-ci soit intégré à la requalification du Front de mer, avec des aménagements adaptés et une ouverture sur la rue des Amandiers, la rue de l’Anguille, la rue de l’Eglise méthodiste et la rue de la République. Ces percées vont permettre de dynamiser le centre-ville et de créer un espace de vie cohérent au cœur de Marigot. 

Notons qu’un projet parallèle de mise en tourisme des sites historiques de Marigot, dont le fort Louis, est actuellement en cours de réflexion et sera intégré à la redéfinition du Front de mer, afin de donner une cohérence globale au projet d’aménagement. 
Prochaine étape : la présentation des premières esquisses en juillet 2021.

Source : Extrait du dossier