26 septembre 2021

In memoriam. Hommage au poète de l’île Maurice, Edouard Maunick

Par Marie-Hélène LEOTIN*

Edouard Maunick était de ces créoles qui ont la langue française chevillée au corps. Photo DR

Edouard Maunick, chantre mauricien de la négritude métisse et de la créolité, poète de l’insularité, est décédé à Paris le 10 avril 2021 à l’âge de 89 ans.

Natif de l’île Maurice, il laisse derrière lui une importante œuvre poétique riche d’inventions lexicales et de souffle baroque. Compagnon et héritier de Césaire et de Senghor, Grand Prix de la francophonie pour l’ensemble de son œuvre, Edouard Maunick était inspiré par son île, le lieu, la mer, les aromes, le parfum des épices, sans jamais tomber dans le doudouisme.

Révolté, métis à la recherche de la beauté du monde, de l’Océan indien à la capitale des lettres françaises, on retiendra d’Edouard Maunick le magnifique recueil intitulé Ensoleillé vif  (1976), préfacé par Senghor.

Le combat d’Edouard Maunick concernait aussi la langue. Produit de la francophonie mauricienne, il avait fait du français sa langue d’expression privilégiée, n’oubliant jamais de rappeler qu’il était venu à la langue de Voltaire par le créole.

Le français que le poète a pratiqué est nourri des mots et des structures de la pensée créole, sans jamais tomber pour autant dans l’exotisme facile.

« L’oralité créole était à la fois la source et l’horizon ».

« Mer ne peut mourir

Aucun totem n’est de cendre… »

Edouard Maunick était aussi fonctionnaire international à l’UNESCO, journaliste, notamment à Jeune Afrique, ambassadeur de son pays en Afrique du Sud sous la présidence de Nelson Mandela.

*Marie-Hélène Léotin est conseillère exécutive de la Collectivité Territoriale de la Martinique