13 juin 2021

Ary Chalus est rentré libre chez lui

Mercredi 12 mai, aux alentours de 20 heures, après 34 heures au Morne Vergain, Ary Chalus est ressorti libre de sa convocation devant les enquêteurs de la direction zonale de la police judiciaire (DZPJ).

Le départ du Morne Vergain :

https://youtube.com/shorts/FU1IqalHQeo?feature=share

Mardi matin, à 8 h 30, une demi-heure avant le moment de sa convocation officielle, le président de Région avait franchi la grille d’entrée des locaux de la police du Morne Vergain aux Abymes.

Peu de temps après sa rencontre avec les enquêteurs, Ary Chalus était placé en garde à vue.

Les questions des enquêteurs portaient sur le financement de la campagne des régionales de 2015. Questions issues d’une plainte déposée auprès du procureur de Basse-Terre il y a quelques semaines. La plainte faisait état de manquements dans le financement de cette campagne.

L’enquête a conduit les enquêteurs à la permanence électorale d’Ary Chalus, à Baie-Mahault, commune dont il est l’ancien maire. Puis, dans les bureaux des services financiers à l’Hôtel de Région, à Basse-Terre. Ici comme là-bas, les enquêteurs ont recueilli des dossiers.

Durant une vingtaine d’heures, Ary Chalus a été questionné et a répondu à ses interlocuteurs, assisté de deux avocats qui se sont relayés tout au long de cette garde à vue.

Depuis mercredi matin, des centaines d’amis, la maire de Baie-Mahault, Hélène Polifonte, des partisans du président de Région, se sont massés au pied du Morne Vergain, sur le parking, attendant avec espoir qu’Ary Chalus sorte.

A la presse qui attendait cette sortie, aux alentours de 19 h 45, Me Christophe Sempere, avocat du président de Région, a confirmé qu’il n’y avait pas de charge retenue contre son client, que celui-ci était serein et qu’il sortait dans quelques minutes.

Assis sur le siège passager de la voiture de son avocat, Ary Chalus a traversé la foule au milieu des cris de joie, à 20 heures, avant de disparaître dans la nuit et de rentrer à la maison.