26 septembre 2021

Sargasses : intervention sur les ports départementaux de Guadeloupe

A Marie-Galante, le port de Capesterre envahi de sargasses.

Différentes études montrent que l’échouement massif d’algues sargasses s’inscrit dans la durée avec une périodicité qui reste aléatoire. Depuis la recrudescence de ces échouements sur notre littoral, le Conseil départemental a mis en œuvre d’importants moyens d’enlèvement des volumes d’algues dans les périmètres portuaires qui relèvent de ses compétences.

Des interventions sont actuellement en cours au port de la Désirade, où il s’agit de garantir la continuité des rotations maritimes et de garantir l’accès aux professionnels de la mer. Il en est de même pour le port de pêche et de passagers de Terre-de-Bas. Le Département intervient, en outre, pour l’enlèvement des sargasses dans les ports de pêche de l’anse Dumont au Gosier, de Sainte-Marie (Capesterre-Belle-Eau) et de Capesterre de Marie-Galante.

Des dépenses croissantes

Ces ports sont actuellement dégagés et une surveillance permanente est maintenue, afin de pouvoir répondre rapidement à d’éventuels échouements.

Pour rappel, les dépenses liés à l’enlèvement de sargasses sur ces différents sites ont atteint 1 500 000 euros en 2018, 700 000 euros en 2019 et 600 000 euros en 2020. Au 27 juillet, la collectivité départementale avait déjà engagé 900 000 euros, pour l’année en cours.

Une réunion de crise s’est tenue en sous-préfecture, mardi 27 juillet, compte tenu de la situation particulière de la Désirade, victime d’un arrivage massif enregistré au cours du week-end dernier.

Un combat de tous les instants
pour la continuité territoriale

Lors de cette rencontre, le Département a fait les propositions suivantes :
– poursuite des opérations d’enlèvement de sargasses et adaptation des moyens en fonction du rythme d’arrivage,
– analyses physico-chimiques de la qualité des eaux du bassin portuaire, 
– diagnostic et vérification de l’épaisseur d’algues présentes dans le fond du bassin
– ratissage et enlèvement des sargasses du bassin, le cas échéant.

Par ces interventions, il s’agit pour le Conseil départemental, de garantir le maintien de la continuité territoriale, en portant une attention toute particulière aux ports où sont assurés les services de transport de passagers ou de marchandises.

À ce titre, Sabrina Robin, 12e vice-présidente du Conseil départemental et conseillère départementale du canton Saint-François, étaient en visite ce jeudi, à la Désirade. Elle est le porte-parole du Président du Conseil départemental, Guy Losbar, et du Président de la commission Ports, pêche et aquaculture, Jean Dartron, qui assurent la municipalité de leur total soutien dans ce dossier.