26 septembre 2021

Covid-19. Mister Guadeloupe: « Il faut sauver des vies »

Officiellement inauguré ce mardi 14 septembre, le deuxième vaccinodrome de Guadeloupe a accueilli Féliscyo Léogane, 23 ans, Mister Guadeloupe parmi les volontaires à la vaccination contre la Covid-19.

Passionné de sport, cycliste averti, Mister Guadeloupe a choisi le site du nouveau vaccinodrome de Guadeloupe, situé au vélodrome de Gourdeliane (Baie-Mahault) pour se faire injecter la première dose de Pfizer, ce mardi matin. Un choix mûrement réfléchi et motivé par un événement personnel qui a accéléré sa prise de décision.

« Il y a deux semaines, quand mon grand-père est mort du Covid, j’ai recommencé à penser à la vaccination pour protéger ma famille et tous ceux qui m’entourent, explique Féliscyo Léogane. Avant, je voulais attendre mais, le décès de mon grand-père m’a incité à franchir le pas. »

Mister Guadeloupe lors des modalités d’enregistrement qui précèdent l’entretien médical et la vaccination.
Un projet porté par la Région et ses partenaires

Ambassadeur de la Guadeloupe, en formation au RSMA, Féliscyo Léogane prend son rôle à cœur : « J’invite les jeunes, mais aussi toute la Guadeloupe à se faire vacciner pour protéger leurs proches, leur famille, surtout nos aînés. Il faut qu’on sauve des vies. »

Un parterre de personnalités, présentes pour l’inauguration du vaccinodrome de Gourdeliane, a assisté Mister Guadeloupe dans sa démarche.

Ary Chalus, président de Région, a initié ce projet de site de vaccination de grande capacité. Pour mobiliser les moyens humains et logistiques nécessaires au bon fonctionnement de ce vaccinodrome, le Conseil départemental, l’association des maires de Guadeloupe, l’ARS, l’Institut Pasteur, les bénévoles de la Croix-Rouge apportent leur contribution.

« Enterré la veille de son anniversaire… »

En ce mardi matin, des vaccinés attendent pour leur 3e dose. Venus aussi bien de Capesterre Belle-Eau que de Morne-à-L’Eau, les autres étaient décidés depuis un moment à se faire vacciner, mais attendaient une occasion. D’autres, ayant déjà contracté le virus par le passé se font vacciner pour obtenir leur « pass » sanitaire, précieux sésame dans le milieu professionnel.

D’autres enfin, confrontés à la perte d’un proche ont choisi de se protéger. « J’ai perdu un ami de 32 ans, mort du Covid, raconte André. Il était asthmatique, on l’a enterré la veille de son anniversaire, début août. Dans mon travail, je suis en contact avec le public, j’ai une famille à protéger… Tout cela m’a fait réfléchir. »

Ouvert du lundi au dimanche, le vaccinodrome de Gourdeliane (Baie-Mahault) accueille le public de 8 à 18 heures, sans rendez-vous.

Cécilia Larney