26 septembre 2021

La Martinique bientôt inscrite parmi les réserves mondiales de biosphères ?

En mai 2020, l’association Martinique Réserve de Biosphère présentait au Comité français du Programme sur l’Homme et la Biosphère de l’UNESCO le dossier de candidature de la Martinique.

Après avoir été validé par le comité français et par l’UNESCO, la candidature de la Martinique devrait être examinée par le comité consultatif international des Réserves de Biosphère ce mercredi 15 septembre, à l’occasion du 33e session du Conseil International de Coordination du Programme sur l’Homme et la Biosphère de l’UNESCO qui se tient du 13 au 17 septembre à Abuja, au Nigéria.

Des laboratoires vivants

Valoriser la conservation de la biodiversité et le développement durable Réserve de Biosphère est un titre mondial décerné par l’UNESCO à un territoire s’engageant dans une triple démarche :

  • conserver et valoriser la diversité biologique et culturelle
  • promouvoir et valoriser savoir-faire, produits et services dans le cadre d’un développement responsable
  • encourager et valoriser la recherche scientifique et l’éducation environnementale. Une réserve de biosphère est un endroit composé d’écosystèmes terrestres et côtiers qui a pour but de valoriser la conservation de la biodiversité et le développement durable.

Les Réserves de biosphères sont des « laboratoires vivants » où il est possible d’observer les interactions entre le développement humain et la biodiversité. Ensemble, toutes les réserves de biosphères forment le Réseau mondial des réserves de biosphère, favorisant l’échange d’informations, de bonnes pratiques et de ressources humaines.

Un atout pour la valorisation touristique

Dans le monde, il existe actuellement plus de 600 réserves de biosphères dans plus de 100 pays. La reconnaissance de la Martinique en tant que Réserve de biosphère, titre mondialement reconnu, devrait lui offrir une valorisation de son patrimoine écologique au niveau international.

Outil puissant de communication et d’attractivité, il constituera un plus indéniable en matière touristique, constituant, en définitive, un levier de développement économique et social avec une forte visibilité et une reconnaissance mondiale de ses atouts.

Ce titre permet une coopération nationale, régionale et internationale, à travers le Réseau des Réserves de biosphères avec des institutions internationales et à des financements internationaux.

Rodolf Etienne