30 novembre 2021

Politique. Des fissures dans la majorité de Loïc Tonton à la Désirade

Le conseil municipal divisé. Photo DR

Que se passe-til à la Désirade ? Ils étaient tous derrière Loïc Tonton lors des dernières municipales. Aujourd’hui il semble qu’il y ait de l’eau dans le gaz. 

En effet, un groupe vient d’être créé au sein du conseil municipal. Majorité pour une Désirade dynamique et ambitieuse, que préside le premier adjoint Armancy Robert, qui comprend aussi Marthe Jules, deuxième adjointe, Ciana Placerdat, quatrième adjointe. 

Un groupe de 7 élus sur les 15 que comprend le conseil municipal. 7 élus sur les 12 de la majorité du conseil. 

Que veulent-ils en créant ce groupe ? « Rassembler l’équipe pour une meilleure cohésion dans le fonctionnement des affaires de la commune et appliquer le programme et les projets présentés lors de la campagne », écrivent-ils dans un courrier adressé au maire. 

Courrier qui donne la liste des membres du groupe « dans un premier temps… »

Ce qui laisse entendre que c’est le début d’une action de longue haleine.
Que s’est-il passé ? Les langues se délieront sûrement par la suite.

Un moyen de pression
ou une stratégie à plus long terme ?

On imagine mal le fougueux Loïc Tonton, qui est aussi deuxième vice-président du Syndicat mixte ouvert (SMO) relatif à l’unité de traitement et de valorisation des déchets ménagers et assimilés (Sinnoval) et un proche de Cédric Cornet, maire du Gosier, président de la Communauté d’agglomération Riviera du Levant (CARL) et du Sinnoval, laisser la situation perdurer. D’un autre côté sa marge de manœuvre est limitée quand on sait que ces adjoints détiennent des postes stratégiques dans le conseil municipal. 

Armancy Robert est premier adjoint et siège dans les commissions stratégiques : affaires financières, commission d’appel d’offres, Marthe Jules est dans ces mêmes commissions et dans celle des ressources humaines, de même que Ciana Placerdat. Cette dernière est aussi l’élue en charge de la communication. 

Ce groupe est-il un moyen de pression pour remettre les pendules à l’heure au sein du conseil ou le point de départ d’une stratégie plus ambitieuse ? 

En ce moment Loïc Tonton ne dispose plus, si les choses s’enveniment, d’une majorité au sein du conseil municipal de la Désirade. 

A suivre. 

André-Jean VIDAL 

Le courrier :