30 novembre 2021

Haïti. Chronique d’une descente aux enfers : un lundi d’octobre

Aux premières heures de la matinée, des bandits ont alterné fouilles systématiques de véhicules, de passants et concert à l’arme automatique, à Martissant,à l’entrée Sud de Port-au-Prince, lundi 11 octobre 2021.

Le chef de gang de Village-de-Dieu, « Izo », a mis à exécution sa menace. « M ap lòk Martissant », avait-il annoncé tel un roi, la veille, via un message vocal, en réaction aux « tirs effectués par un char de la PNH. »

Ni la police ni les besoins des écoliers, des ouvriers, des commerçants, des camionneurs, des socio-professionnels… et autres usagers de cette route qui relie la capitale à quatre départements du grand Sud n’ont dissuadé ce caïd à mettre à exécution ses menaces. « Il y aurait des personnes kidnappées à Martissant », a appris Le Nouvelliste. Pour le moment, il n’y a pas plus de détails, a confié une source assez inquiète. 

« Il y a eu un kidnapping
à Montagne 26 »

UN TÉMOIN

Plus à l’est de Port-au-Prince, une zone de villégiature, Montagne-Noire, est entrée en ébullition la veille, pendant la matinée et le reste de la journée de lundi, en signe de protestation à un enlèvement. « Il y a eu un kidnapping à Montagne 26 », a confié cette source. « Les gens  en colère ont caillassé même des motards qui essayaient de se rendre à Kenskoff  en début de matinée », a indiqué une source interrogée par le journal.

La circulation, en certains points sur la route de Kenskoff, était «  infernale ce matin et en fin de journée », a décrit un usager de cette route. «  Les véhicules étaient pare-chocs contre pare-chocs », a-t-il décrit entre colère et lassitude.

Ils exigent la libération
du pasteur kidnappé
dans son temple

Ce lundi aussi, à Delmas 28, des fidèles de l’église méthodiste libre (Parc chrétien), ont foulé le macadam pour exiger la libération du pasteur Dévariste Eliodor, enlevé samedi. Le pasteur Jean Mary Ferer Michel, enlevé dimanche dernier dans la cour de l’église Jesus Center, à Delmas 29, était toujours entre les mains de ses ravisseurs ce lundi.

Sans détour, le pasteur Lemaitre Zéphyr soutient que la communauté protestante est « ciblée par les ravisseurs » qui font du repérage . Ils attaquent les églises suivant leur taille, a-t-il poursuivi, appelant ceux qui sont en situation d’autorité à agir pour assurer la sécurité de la population. 

Quatre personnes
ont été abattues

En milieu d’après-midi, à Pernier, un violent accrochage entre des bandits du gang des 400 Mawozo et la police a fait quatre morts. « Quatre bandits du gang des 400 Mawozo ont été stoppés à Pernier. Ils rançonnaient une entreprise. Un fusil automatique et un pistolet ont été saisis par la police », a indiqué cette source policière généralement bien informée.

«  Nan kad operasyon mache pran yo DG a lanse, lapolis mache pran  yo nan Pernier », a rapporté cette source, lundi après-midi, quelque 72 heures après une razzia à Rezencourt, quartier de Bongar, 2e section communale de Kenscoff. Quatre personnes ont été abattues, dont Augustin Sanon, chez lui, a confié dans la presse le Casec Edner Nazaire. 

Plus d’une soixantaine
dont quatorze avaient des armes automatiques

La résurgence d’un vieux conflit entre deux familles qui avait fait un mort il y a plusieurs années est à l’origine du drame. Un membre de cette famille qui a voulu prendre sa revanche est allé chercher l’appui d’hommes armés à Possi, Kay Dossous, Nan Ramier… Ils ont attaqué jeudi. Lors de cette attaque, deux des trois assaillants ont été tués. Ils sont revenus vendredi. Ils étaient plus d’une soixantaine dont quatorze avaient des armes automatiques, a confié dans la presse le Casec Edner Nazaire.

Outre les personnes tuées, on compte deux blessés et plus d’une dizaine de maisons incendiées, a-t-il ajouté, soulignant que la police et la justice n’ont rien pu faire. Ils n’ont pas les moyens d’arriver à Rezencourt, a expliqué le Casec. « Le peuple est aux abois, sans secours », a-t-il souligné en interview à radio Ibo.

Source : Le Nouvelliste

Lien : https://lenouvelliste.com/article/232143/un-lundi-doctobre-en-haiti-chronique-dune-descente-aux-enfers