30 novembre 2021

Les restaurateurs de Guadeloupe veulent « vivre et travailler dignement »

Des restaurateurs de Guadeloupe ont demandé au préfet un rendez-vous par voie de communiqué (pas sûr que ça marche ! ). Pourquoi ? Pour lui dire de ne pas appliquer la loi du 5 août 2021 et son décret d’application du 7 août 2021 et de passer outre le passe sanitaire obligatoire pour consommer dans un restaurant (entre autres espaces clos publics).

Les motifs invoqués sont connus. Il suffit d’interroger n’importe quel restaurateur de l’archipel pour comprendre que compte tenu du faible taux de vaccination (40% des Guadeloupéens ont un schéma vaccinal complet) les amateurs de restaurants ne se présent plus aux comptoirs d’accueil.

« Nous avons une salle de trente couverts, nous en faisons six ou huit par jour… » Triste constat d’une restauratrice de Basse-Terre : « Quand les clients voient qu’il faut le passe sanitaire pour entrer, ils repartent. »

« Je n’ai plus vu la plupart de mes clients qui sont essentiellement des Guadeloupéens. Presque tous mes clients sont des nouveaux… », s’étonne un restaurateur de Pointe-à-Pitre.

« Voilà déjà 19 mois que les restaurateurs de Guadeloupe et de ses îles subissent de plein fouet et en silence cette crise de Covid 19. 19 mois que les restaurateurs et leurs clients sont mis à mal par les confinements, couvre-feu et autres mesures restrictives. 19 mois que les restaurateurs ont prouvé grâce à leur professionnalisme et leur rigueur qu’il était possible de travailler dans le strict respect des gestes barrières et des directives préfectorales sans à ce jour provoquer le moindre cluster au sein d’un restaurant… », disent-il.

Et de poser la question : « Quel profession accepterait de voir sa clientèle potentielle divisée par quatre du jour au lendemain ? »

Ils appellent tous les restaurateurs et leurs équipes à manifester devant la sous-préfecture, jeudi 28 octobre, à 9 heures.