21 mai 2022

Guadeloupe. L’intersyndicale craint une «parodie de négociation»

Au petit matin, ce dimanche 28 novembre, la nouvelle de l’arrivée de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, a été annoncée. Au 14e jour de grève générale, qui a vu déferler une vague de violence sur la Guadeloupe, une réunion de travail entre le ministre et l’intersyndicale est prévue, en sous-préfecture de Pointe-à-Pitre, ce lundi 29 novembre.

Avant cette rencontre très attendue, chacun a conforté ses positions, ce dimanche. Au rond-point de Perrin, QG de la mobilisation contre l’obligation vaccinale, l’intersyndicale (FO, UGTG, CGTG, FSU, Combat Ouvrier, Solidaires Guadeloupe…) a rappelé qu’elle était prête à négocier sur la base de la plateforme de revendications.

Première ombre au tableau, la rencontre de ce lundi 29 novembre avec le ministre des Outre-mer devrait se tenir avec 6 voire 10 organisations syndicales. Ce que dénonce le collectif.

« Des réponses à notre cahier de revendications. »

« Nous exigeons que cette première rencontre se tienne avec les 30 membres du collectif mobilisé depuis 4 mois contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire, a martelé Max Evariste, secrétaire générale de FO. Nous exigeons de vraies négociations sur notre cahier de revendications avec l’ensemble des organisations syndicales. »

Quant aux 1000 emplois aidés destinés aux jeunes, annoncés depuis Paris par le ministre des Outre-mer, Elie Domota, porte-parole du LKP, les juge largement insuffisants : « Ces emplois aidés maintiennent les jeunes dans la précarité, commente-t-il. Nous voulons des emplois pérennes pour les jeunes. Pour l’instant, Sébastien Lecornu apporte des réponses à des questions qui ne figurent pas sur la plateforme : l’autonomie n’en fait pas partie. »

Reste à savoir si un réel dialogue pourra s’établir ce lundi entre l’intersyndicale et le ministre des Outre-mer. En attendant, l’intersyndicale qui a fait une démonstration de force ce samedi dans rues de Pointe-à-Pitre et des Abymes avec plusieurs milliers de participants appelle au « renforcement des piquets de grève ».

Cécilia Larney

Les priorités de l’intersyndicale

Les demandes sur lesquelles l’intersyndicale veut obtenir satisfaction avant de discuter les autres points inscrits au cahier de revendications :

  • Le retrait de toutes les décisions de suspensions et de fermeture de cabinets et d’arrêt d’activité des professionnels des secteurs de la santé, de l’éducation, du social et du médico-social, des libéraux, salariés, agents publics et pompiers
  • Le retrait de toutes les décisions de sanctions liées à l’application du pass sanitaire
  • L’arrêt de toutes les procédures et poursuites prononcées et en cours contre les militants, les manifestants, le peuple et singulièrement les jeunes
  • L’amélioration immédiate des conditions de vie des familles notamment par la baisse des prix des carburants, de la bouteille de gaz
  • L’embauche massive des jeunes sur des contrats pérennes