20 janvier 2022

Guadeloupe. Des barrages en cours de démantèlement

Sur la route des Mamelles, des ralentissements mais c’est relativement passant. @RS

La nuit de lundi à mardi 30 novembre a été plutôt calme, côté exactions. Les barrages ôtés la veille ont été remis, moins élaborés cependant. Les carcasses de voitures, systématiquement enlevés par des entreprises spécialisées protégées par les gendarmes (ou la police), sont moins nombreuses.

Les arbres au bord des routes font, malheureusement, les frais de ces obstructions de routes.

Mardi matin, de nombreux axes majeurs de la Grande-Terre et de la Basse-Terre restent impraticables.

Colin Petit-Bourg posait problème. Mardi matin, les gardes mobiles ont nettoyé la route qui est praticable. Mais, attention, sur l’axe Petit-Bourg vers Baie-Mahault, les encombrants constituent des chicanes qu’ils faut aborder à petite vitesse. @RS

Sur la RN 4, de Pointe-à-Pitre à Saint-François, les blocages persistent au Gosier et à Sainte-Anne, à Mare-Gaillard, Petit-Havre, Dubisquet, Boisvin, Maudette, Beaumanoir, Gissac. Dans l’intérieur des terres aussi, des petits barrages gênent la progression des automobilistes.

Dans le Nord de la Grande-Terre, il y a les barrages de Gensolin, Marieul et Bazin qui sont toujours établis.

Au bas de Ferry, en Côte sous-le-Vent, une carcasse de voiture brulée qui sera rapidement dégagée. @RS

Sur la RN 2, entre Basse-Terre et Deshaies, Rivières de Pères, à Basse-Terre, et devant l’hôpital de Beauperthuy, à Pointe-Noire, sont barrés.

Un échafaudage installé sur la route des Mamelles a été enlevé.

La Boucan rouvert pour
l’alimentaire et les urgences

Les barrages durs de Perrin Les Abymes, Montebello Petit-Bourg, Sainte-Marie Capesterre Belle-Eau, La boucan n’ont pas été pris.

Cependant, le pont de La Boucan a été rouvert pour les transporteurs de marchandises, les personnels d’urgence, les personnels soignants.

De même la traversée par le col des Mamelles depuis Pointe-Noire, est ouvert et gardé.

Le travail des forces de l’ordre est rendu difficile aux approches de ces barrages sur lesquels, selon Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, il y a des bouteilles de gaz, « des bombes qui peuvent faire beaucoup de dégâts humains si des précautions ne sont pas prises. »

Dans sa conférence de presse, avant son départ, lundi soir, le ministre Sébastien Lecornu a précisé que 70 gendarmes mobiles et 10 gendarmes du GIGN viendraient, rapidement, renforcer le dispositif des forces de l’ordre, placés sous l’autorité du préfet Alexandre Rochatte et des deux procureurs de Pointe-à-Pitre et de Basse-Terre.

A Mare-Gaillard, barrage blindé

Certains barrages sont particulièrement bien faits, demanderont sûrement du matériel spécialisé pour être démantelés.

@RS