21 mai 2022

Bahamas. Mort d’une star révolutionnaire, Sidney Poitier

Sidney Poitier, star révolutionnaire du cinéma américain, est décédé à l’âge de 94 ans. Sa mort a été confirmée par le bureau du Premier ministre des Bahamas, selon plusieurs organes de presse — y compris ses deux fils.

Poitier a été le premier Noir à remporter l’Oscar du meilleur acteur — et pour les personnes d’un certain âge, son image était indélébile : sa présence douce et imposante, sa peau foncée, sa beauté fulgurante, ses yeux perplexes et son physique mémorable. 

Tout cela symbolisait – et offrait un défi à – la façon dont les hommes noirs étaient représentés dans les films et comment ils pouvaient être vus dans le monde réel.

Dans A Raisin in the Sun, l’œuvre phare de Lorraine Hansberry sur les rêves et les déceptions d’une famille noire dans l’Amérique des années 1950, Poitier incarne Walter Lee Younger. Walter aspire à ouvrir sa propre entreprise, mais trouve ses grands projets frustrés. Poitier a d’abord joué le rôle sur scène, avec l’acteur Glynn Turman dans le rôle de Travis, le fils de Walter.

« Nous étions à Chicago et il faisait juste glacial, se souvient-il. Et je me souviens l’avoir vu prendre le temps de rester là, dans ce froid, et de signer tous ces autographes. J’ai dit : Est-ce qu’il ne ressent pas le froid ? Ne sait-il pas qu’il gèle ici ? Parce que le temps qu’il a pris avec chaque personne pour signer ces autographes l’a fait devenir à mon avis plus grand, plus grand et plus fort… J’ai dit, mec, qui EST ce type ? »

Sidney Poitier était bien conscient de son propre symbolisme. Sa vie a commencé bien plus humblement que la renommée qu’il allait négocier plus tard ; ses premières années ont été passées sur Cat Island aux Bahamas, en tant que plus jeune de neuf ans. Ses parents, Evelyn et Reggie, étaient des producteurs de tomates.

Les Poitiers apportaient leur récolte au marché de Miami par bateau, et Sidney est né prématurément lors d’un de ces voyages. Il était si petit qu’on ne s’attendait pas à ce qu’il survive. Mais il l’a fait.

S’adressant à NPR en 2009, Poitier a rappelé le déménagement de sa famille à Nassau lorsqu’il avait 10 ans. Il n’avait jamais vu son visage dans un miroir auparavant. « J’ai vu mes dents. Et elles étaient tout à fait acceptables, elles avaient l’air plutôt bien. Et mes yeux, mes cheveux… moi ! Je me regardais », se souvient Poitier.

Sa vie aux Bahamas pouvait difficilement le préparer à devenir le plus familier de tous les hommes noirs vus dans les films hollywoodiens. Comme dans sa vie  de tous les jours, ses contacts professionnels professionnels étaient élégants, impeccables, dignes ; il n’a jamais joué des méchants. Dans le film de 1958, The Defiant Ones, Sidney Poitier partageait la tête d’affiche avec Tony Curtis, et même en tant que fugitif, il était difficile à détester.

Le nom de Poitier au-dessus du titre a marqué un tournant dans sa carrière. Il était de plus en plus accepté par les cinéphiles. La montée en popularité de Sidney Poitier semblait liée aux espoirs du mouvement des droits civiques.

Cinq ans plus tard, dans Lys of the Field, Poitier dépeint Homer Smith, un homme à tout faire réticent à aider un groupe de religieuses allemandes en manque de briques ou d’argent pour une nouvelle chapelle.

Il est entré dans l’histoire avec Lys of the Field : en 1964, la même année que l’adoption du Civil Rights Act, il est devenu le premier homme noir à remporter l’Oscar du meilleur acteur.

En 1967, Poitier est passé en tête du box-office avec trois films populaires sortis la même année : To Sir With Love, Devine qui vient dîner et In The Heat of the Night, dans lequel il incarne le détective de la grande ville Virgil Tibbs.

Dans une scène emblématique, Tibbs interroge un suspect de meurtre, un riche propriétaire de plantation, qui le gifle — et le détective lui rend sa gifle immédiatement. L’homme blanc est pris par surprise, tout comme de nombreux spectateurs devant le film.

Source : npr

Lien : https://www.npr.org/2022/01/07/311902059/sidney-poitier-obituary