21 mai 2022

Région et Département sur les chantiers de l’eau

Sur le chantier du réservoir intermédiaire de Routhier.Fonds Cacao, à Capesterre Belle-Eau. @Karib’Info

Jeudi 13 janvier, le président de Région, Ary Chalus, et le premier vice-président du Conseil départemental, Jean-Philippe Courtois, ont visité des chantiers eau à Capesterre-Belle-Eau et à Morne à l’Eau.

Depuis 2016, l’intervention du Conseil régional dans le domaine de l’eau, sous l’impulsion d’Ary Chalus, s’articule autour de plusieurs actions, dont la maîtrise d’ouvrage de travaux structurants.

Dans le cadre du Plan d’actions prioritaires, la collectivité régionale poursuit son travail sur les différents chantiers eau.

L’usine de Belle-Eau-Cadeau en plein travaux jusqu’en juin. @Karib’Info

A ce titre, la Région a entamé la construction de 3 réservoirs d’eau potable à Capesterre-Belle-Eau afin de sécuriser la distribution en eau potable dans les secteurs de Routhiers/Fonds Cacao et d’alimenter également le feeder de Belle-Eau-Cadeau.

Ary Chalus, président de la Région Guadeloupe :

Avec la fin prochaine du chantier de construction de ces trois réservoirs d’eau, le président de Région, Ary Chalus, accompagné du premier vice-président du Département, Jean-Philippe Courtois, du président du Syndicat Mixte de Gestion de l’Eau et d’Assainissement de la Guadeloupe, Jean-Louis Francisque, et de la présidente du conseil d’administration de l’Office Français de la Biodiversité, Sylvie Gustave-dit-Duflo, ont effectué des visites de chantiers toute la matinée de ce jeudi.

Jean-Philippe Courtois, premier vice-président du Département :

De l’eau de 7 sources captée,
traité, délivrée

Première étape, la visite de l’usine de Belle-Eau-Cadeau, à Capesterre Belle-Eau. Là se trouve une usine qui traite l’eau de 7 sources venues de la région. C’est un chantier du Département, d’un montant de 2,5 millions d’euros, financé par le Département à hauteur de 625 000 euros, le FEDER, 750 000 euros, et l’Office Français de la Biodiversité, 750 000 euros.

Sylvie Gustave-dit-Duflo, présidente de l’Office Français de la Biodiversité :

Il s’agit, sur ce chantier, d’améliorer et sécuriser le process de traitement de l’eau, en ajoutant un filtre supplémentaire, un cinquième, plus moderne, plus efficient, en utilisant pour le passage de l’eau du captage au traitement, de celui-ci au stockage, par gravitation plutôt que par pompage, économie non négligeable sur une année, de plus de 600 000 euros. Cette réhabilitation vise aussi à augmenter le volume d’eau produit, d’environ 150 m2 par heure, en utilisant une nouvelle pompe pour la source 7, ce qui va permettre au bout du processus d’alimenter plus régulièrement les usagers de l’eau.

En février, les tours d’eau devraient
ne plus être qu’un mauvais souvenir

Trois unités de pompages analogues à celle-ci pour Routhiers-Fonds Cacao. @Karib’Info

Deuxième étape, les trois réservoirs (2 000 m3 chacune), trois stations de pompage, de Routiers/Fonds Cacao, et plus particulièrement le réservoir intermédiaire, qui dispose, depuis peu, d’une nouvelle cuve de 2 000 m3, en métal, rapidement montée par modules, et qui stocke l’eau afin de desservir avec fiabilité des secteurs, Routiers/Fonds Cacao, qui ont beaucoup souffert de coupures d’eau incessantes ces dernières années.

Une unité de pompage moderne, efficace. C’est à Routhiers/Fonds Cacao. @Karib’Info

Mais, ces mêmes installations permettent d’alimenter le feeder de Belle-Eau-Cadeau qui dessert l’ensemble du Sud de la Grande-Terre jusqu’à La Désirade.

Coût des travaux : 3,450 millions d’euros, dont 862 500 euros de la Région, 1,710 million d’euros du FEI, 876 925 euros du FEDER. Fin des travaux : février 2022.

Freddy Bény, président du Collectif des usagers de l’eau de Capesterre-Belle-Eau :

Dernière étape, la station de pompage de l’Espérance, à Morne-à-l’Eau, en cours de réhabilitation afin de permettre de sécuriser l’alimentation en eau de l’usine Deshauteurs. Là, l’eau est traitée et redirigée vers Sainte-Anne, Saint-François, La Désirade.

Tout ceci a un coût, supporté essentiellement par la Région qui a mis 36 millions d’euros depuis 2018 pour tous les travaux d’urgence afin de viabiliser les réseaux, prenant en maîtrise d’ouvrage 14 opérations.

Dans le cadre de son Plan de relance, la Région Guadeloupe investit encore et toujours dans les travaux d’eau. Plus de 170 millions sont prévus pour les prochains chantiers d’eau et d’assainissement. Tandis que les travaux de renouvellement des réseaux d’eau se poursuivent : 15 kilomètres à Capesterre Belle-Eau. 1 800 kilomètres dans l’ensemble de la Guadeloupe. Mais aussi 2 800 fuites colmatées, 2 000 compteurs d’abonnés remplacés. Travaux qui avancent sous le regard critique d’Ary Chalus.

Soutien financier de la Région et du Département dont se félicite Jean-Louis Francisque président du SMO Eau et Assainissement mis en place en septembre :