18 août 2022

Tribune. Pour un quinquennat de l’inclusion des personnes handicapées

A l’approche des Présidentielles, l’Association nationale pour la prise en compte du handicap dans les politiques publiques et privées (APHPP) publie un livre Blanc comprenant 80 propositions. L’APHPP souhaite que les candidats aux Présidentielles s’en emparent afin d’alimenter le débat.

En France, 12 millions de personnes sont en situation de handicap. A ce chiffre s’ajoutent les 11 millions d’aidants. Pour que le prochain quinquennat permette de rattraper le retard français sur le front du handicap et de l’accessibilité et faire de la patrie des droits de l’Homme une nation accessible et inclusive, l’Association nationale pour la prise en compte du handicap dans les politiques publiques et privées (APHPP) s’invite dans le débat avec son livre Blanc. Parmi les mesures proposées :

Un ministère plutôt qu’un secrétariat d’Etat

Après une première étape franchie avec le rattachement du secrétariat au handicap au Premier Ministre en 2017, l’APHPP préconise que le portage politique du handicap rentre aujourd’hui dans une nouvelle ère. Et ce, afin de travailler davantage sur le fonds des droits attachés aux personnes handicapés, aux discriminations qu’elles subissent, en lien avec la convention internationale relative aux droits des personnes handicapées.

L’évolution du secrétariat d’Etat au handicap en ministère semble indispensable pour donner plus de poids politique au sujet, structurer les travaux spécifiques sur l’éducation inclusive et l’accessibilité, attribuer une administration au dispositif.

L’école inclusive

L’inclusion scolaire est un droit sacralisé par la loi de 2005 et la convention internationale des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées ratifiée par la France 2010. Vivre l’inclusion dès l’enfance est une chance pour les élèves en situation de handicap pour leur émancipation et leur autonomie. Cela permet de ne pas créer de freins, ni de stéréotypes dans la tête des futurs adultes, décideurs, responsables, recruteurs (notion qui vaut pour la lutte ou plutôt l’anticipation face à tout type de discrimination).

Avec 385 000 élèves en situation de handicap scolarisés à la rentrée 2021, nous avançons sur cette voie mais beaucoup reste à faire tant sur un nombre d’enfants scolarisés en milieu dit ordinaire qui doit augmenter, tant sur une qualité d’inclusion qui doit s’améliorer.

L’accessibilité

L’accessibilité est le socle des droits des personnes handicapées, se loger, travailler, se déplacer, aller à l’école… Qu’elle concerne des implications matérielles, numériques, humaines, le retard de l’accessibilité contraint aujourd’hui la politique handicap et la limite sous un plafond de verre ne lui permettant pas de produire tous ses effets. Sans accessibilité universelle pas d’inclusion possible.

Le législateur avait tout à fait perçu cette obligation dans la loi de 2005, mais force est de constater qu’en 2022 nous n’en sommes toujours pas à la France accessible que cette loi ambitionnait à horizon 2015, soit 7 ans après la date butoir.

Quelques propositions phares

Le sujet est donc transversal, et plus large que ce qui n’y paraît car l’accessibilité numérique est également un enjeu crucial pour l’ensemble de nos concitoyens.

Parmi les propositions phares de l’APHPP :

  • la création d’un Fonds finançant l’innovation en lien avec le handicap
  • avion bas carbone et… accessible avec embarquement possible des fauteuils roulants à bord
  • innovations diverses tendant vers l’accessibilité universelle
  • reconnaissance de la LSF (langue des signes française), sensibilisation dans les écoles et entreprises, que la campagne nationale de sensibilisation la mette en lumière et la fasse mieux connaître du grand public

Vie politique, chômage…

L’APHPP énonce également la participation à la vie politique des personnes handicapées comme enjeu prioritaire de représentativité de la société dans sa diversité de la classe politique, de même que l’accès à la pleine citoyenneté de ceux qui représentent 20 % de la population.

  • Tout comme dans les entreprises et la fonction publique, les assemblées locales et nationales doivent faire leur place à hauteur minimale de 6 % aux personnes en situation de handicap.
  • La fusion de l’AGEFIPH (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées) et du FIPHFP (Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique) pour en finir avec le chômage de masse qui touche encore les personnes en situation de handicap. 
  • L’interdiction de la graphie de l’écriture inclusive ou l’individualisation de l’ensemble des minimas sociaux et de l’AAH (Allocation Adultes Handicapées) sont d’autres mesures phares.