17 août 2022

Guadeloupe, Environnement : JA-RIV, protéger, restaurer et aménager la forêt humide de Jarry

Jarry concentre une grande partie de l’activité économique et industrielle, donc de nombreux bâtiments qui abritent les entreprises. On y retrouve également un ensemble de forêt marécageuse et de mangrove qu’il est impératif de préserver. C’est ce qu’il reste de la forêt d’origine qui couvrait… presque deux fois plus d’espace qu’aujourd’hui.

La mangrove doit être protégée qui protège le littoral.

L’extension de la zone industrielle de Jarry, depuis 1970, s’est faite aux dépends de la zone naturelle, composée de mangroves qui accueillent poissons, oiseaux, crabes et autres crustacés, coquillages, et de forets marécageuses, qui abritent des mangles médailles et une faune tout aussi riche mais d’une autre nature que la mangrove.

Les activités économiques, urbaines et les infrastructures liées, exercent aujourd’hui encore de fortes pressions sur la forêt humide.

Créé à l’initiative du Conservatoire du littoral et de ses partenaires, le projet JA-RIV a pour objectif de restaurer et protéger ce patrimoine naturel remarquable, qui constitue, entre autres, une véritable zone tampon face aux menaces climatiques.

Une problématique d’autant plus importante à l’aune du 6e rapport d’évaluation du GIEC, estimant que la zone de Jarry fera face dès 2030 à des phénomènes de submersion chronique. Et que, peut-être, en 2060 il faudra évacuer les entreprises… pour les installer ailleurs.

Réunis sur un petit parking gagné sur la mangrove par un partenariat entre la société CAMA, filiale du Groupe GBH dont on sait l’intérêt pour l’environnement et le développement durable, il y avait, jeudi 28 avril, autour d’Angélique Gourdol, chef du Projet JA-RIV du Conservatoire du littoral, Jacqueline Favorinus, élue de la mairie de Baie-Mahault, adjointe en charge du développement durable, conseiller communautaire de Cap Excellence, Francisco Fautra, PDG du Groupe Fautra, Didier Dominique, directeur de la Caribéenne du recyclage, filiale du Groupe Fautra, Manola Mischer, responsable hygiène, sécurité, environnement de CAMA.

Il s’agissait de présenter le Projet JA-RIV, qui concerne une vingtaine d’entreprises de Jarry, qui ont leurs installations sur des parcelles qui appartiennent au Conservatoire du littoral. Sur les 27 hectares concernés, le Conservatoire e a récupéré 4 libérés par les entreprises; A terme, il s’agit de récupérer la moitié des terrains concernés.

Il existe, dans le même temps que CAMA a réhabilité une partie d’un terrain qu’elle utilisait pour entreposer des conteneurs, des matériaux du BTP, des VHU, d’autres terrains en voie d’être reconquis par la mangrove ou la forêt marécageuse.

Connexe CAMA, c’est 3 300 m2 de terrain qui a repris sa physionomie d’antan, avec de la mangrove, comme l’a précisé Manola Mischer.

Celui de l’ancienne station Total, à l’entrée de Jarry est en ce moment couvert d’eau, et des plantes apparaissant là où des travaux de remise en état ont permis d’enlever les cuves, la piste etc.

L’ancien garage Laurent, vaste zone très polluée, est en voie de nettoyage afin de rendre l’espace à la mangrove toute proche. Une dizaine de sites sont en cours de réhabilitation.

La mairie de Baie-Mahault est sensible à cette démarche :

Un sentier de découverte

En plus de réhabiliter la zone, il s’agit de la faire découvrir.

Didier Lambert

Didier Lambert, du Conservatoire du littoral a en charge l’installation d’un sentier de découverte de la mangrove et de la forêt marécageuse de Jarry.

« S’il s’agit d’identifier de sarcelles afin de reconquérir du foncier, puis de le réhabiliter, il convient de mettre cette mangrove, cette forêt marécageuse à la disposition du public. On lui a confisqué des espaces naturels originaux, qu’on doit préserver pour les générations futures. La mise en place d’un sentier de découverte, c’est permettre, bien sûr, la découverte d’un milieu original, mais c’est aussi assurer une surveillance du milieu, faciliter l’accès des scientifiques, répondre à des déplacements doux, type vélo, trottinette électrique pour accéder à Jarry depuis Pointe-à-Pitre. Il y aura aussi des zones de repos, avec ces bancs, des carbets. »

📽️ En savoir plus sur le projet JA-RIV : lien vidéo
📽️ En savoir plus sur le projet de restauration mené avec la société CAMA : lien vidéo

📲 Page internet du projet JA-RIV