18 août 2022

Religion. L’ange des enfants des rues assassinée en Haïti samedi est acclamée par le Pape comme martyre

Sœur Lucia Dell’Orto

Les médias officiels du Vatican ont déclaré que Lucia Dell’Orto, grièvement blessée, avait été transportée à l’hôpital, où elle est décédée peu de temps après.

François, s’adressant au public de la place Saint-Pierre, a exprimé sa proximité avec les proches de la religieuse et a souligné qu’elle y vivait depuis environ 20 ans, se consacrant avant tout à aider les enfants pauvres qui vivaient dans la rue.

« Je confie son âme à Dieu et je prie pour le peuple haïtien, en particulier pour les plus petits, afin qu’ils puissent avoir un avenir plus serein, sans misère et sans violence », a déclaré François.

Lucia Dell’Orto « a donné sa vie aux autres, jusqu’au martyre », a déclaré le pontife.

La religieuse, née en Lombardie, dans le nord de l’Italie, dirigeait une maison d’enfants dans une banlieue très pauvre de Port-au-Prince, a indiqué le diocèse de Milan.

Haïti, pays des Caraïbes, est le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental.

Source : Listin Diario

Lien : https://listindiario.com/las-mundiales/2022/06/26/727540/monja-italiana-asesinada-en-haiti-este-sabado-es-aclamada-por-el-papa-como-martir

En savoir plus :

L’ange des enfants des rues
Elle aurait été tuée pour un simple vol. Sœur Lucia Dell’Orto, 65 ans, était une religieuse italienne, missionnaire à Haïti depuis une vingtaine d’années. Professeur d’histoire et de philosophie, surnommée « l’ange des enfants des rues » par la presse italienne, elle était le pilier de « Kay Chal », « la maison de Carlo », un lieu d’accueil pour de nombreux petits haïtiens, situé dans une banlieue très pauvre de Port-au-Prince. Là, ils pouvaient faire leur travail scolaire ou pratiquer de nombreuses activités comme la danse et le basket.
En 2013, trois ans après le terrible tremblement de terre du 12 janvier 2010, la religieuse avait confié à Radio Vatican avoir voulu rester à Haïti malgré les risques encourus : « Restez. Charles de Foucauld disait toujours cela, dans chaque conversation, dans chaque écrit, parce que, disait-il, si quelqu’un de sa famille est malade, ce n’est pas le moment de le laisser seul. C’est à ce moment-là qu’on est le plus proche des gens. Ce peuple devient notre grande famille, la famille aussi des enfants de Dieu, et dans cette famille on partage les joies et les souffrances », témoignait-elle.
Source : aleteia.org