19 août 2022

Pointe-à-Pitre : 35 vélos électriques mis à disposition de la population et des touristes

À partir de juillet les usagers ont la possibilité de se déplacer en vélo électrique à Pointe-à-Pitre. Un nouveau service qui vient se rajouter au Tuck Tuck déjà présent sur la ville.

Dans le cadre du dispositif Action Cœur de Ville, la ville a accompagné le projet KARU’VELO. Ainsi, 35 vélos électriques sont mis à disposition via 5 bornes réparties sur Pointe-à-Pitre, de Lauricisque à la Marina.

Une offre qui vient répondre à un besoin exprimé par les étudiants de l’université de Fouillole mais aussi des visiteurs locaux et des touristes.

Cette première expérience, lancée avec la complicité du SMT, en partenariat avec l’Etat, le Conseil régional, l’ADEME, Cap Excellence et La Riviera du Levant, est pour Pointe-à-Pitre l’un des signaux d’un changement amorcé depuis 2020, notamment face aux défis de développement durable.

Une ville éco référente

En effet, à Pointe-à-Pitre, la nature, l’architecture, les transports, l’urbanisme, toutes les composantes de la ville sont appréhendées avec l’objectif de préserver la planète. Favoriser le développement durable et la qualité environnementale font partie intégrante de sa stratégie de développement de territoire.

Face à l’urgence climatique, Pointe-à-Pitre est consciente de la nécessité de repenser la ville et œuvre en ce sens. Le déploiement de nouvelles pratiques de mobilité, via des modes de déplacement
doux et alternatifs, constitue donc un enjeu majeur.

Des objectifs ambitieux

Dans ses grandes orientations stratégiques, Pointe-à-Pitre s’est fixé des objectifs audacieux :
. favoriser les déplacements en mode actif (circuits vélo, rue piétonne, promenade Verte et Bleue),
. faciliter l’accès au front de mer à tous en ouvrant des cheminements piétonniers vers la ville,
créer une promenade urbaine le long du littoral avec des percées sur la ville en intégrant le Mémorial Acte au centre-ville par un projet de liaison douce et maritime,
. mettre en œuvre une mobilité verte,
. rapprocher les lieux d’habitat aux lieux de travail, et étoffer les fonctions qu’offrent une ville (accès à la santé, au loisir, au sport, à la culture),
. Pointe-à-Pitre se veut être une « Ville du quart d’heure », ou de chez soi, à pied ou à vélo, on peut accéder à tous les services urbains en moins de 15 minutes.

Priorité à la mobilité verte

Accompagnée par la Banque des territoires dans la construction de son plan de mobilité, la ville centre entend privilégier la mise en place d’offres de déplacements écoresponsables :
. une gare multimodal (SMT) prévue à Bergevin, qui permettra d’optimiser les modes de déplacements innovants,
. réduire la place de la voiture dans la ville avec toutes ses nuisances (sonores, pollution de l’air, etc.), pour laisser plus de place aux espaces verts,
. proposer des modes alternatifs de déplacements : covoiturage/autopartage, la marche et le vélo,
. est également à l’étude la mise en place d’un schéma directeur IRVE (infrastructure de recharge des véhicules électriques) avec l’installation de bornes de recharge électriques (vélos et voiture),

Au vue des challenges qu’elle relève : ville littorale, ville universitaire, ville centrale, Ecocité, Pointe-à-Pitre se veut une ville ambitieuse, tournée vers l’avenir et entame déjà, avec ce projet d’envergure, sa transition face au changement climatique.