19 août 2022

Politique. Pour le nouveau ministre de la Santé, pas question de réintégrer les soignants suspendus

Le nouveau ministre de la Santé et de la Prévention, François Braun, était auditionné, ce mardi 5 juillet 2022, par les députés en commission des lois. Il a été interpelé à plusieurs reprises, par Olivier Serva, député de la Guadeloupe, mais aussi par Yoann Gillet, député RN, sur la réintégration des soignants suspendus.

Le ministre a précisé que la réintégration des soignants suspendus n’interviendrait pas prochainement. Le sort des personnels de Santé suspendus dépendra de l’avis du Conseil scientifique.

Le ministre François Braun, au cours d’une audition devant la commission des lois de l’Assemblée nationale, a rappelé la « proportion très faible » d’agents hospitaliers non vaccinés contre le Covid. 

Le ministre raisonne en terme généraux, nationaux.

« La dernière enquête conduite auprès des ARS (agences régionales de santé, NB), des établissements sanitaires et médico-sociaux, fait apparaître une proportion très faible d’agents suspendus, de 0,53% », a-t-il indiqué.

« Allez-vous réintégrer les soignants non vaccinés ? », lui a demandé le député Olivier Serva. 
« Ce n’est pas d’actualité et ce n’est pas l’objet de ce texte », a répondu M. Braun, faisant référence au texte en question, le projet de loi sur la veille et la sécurité sanitaire.

« Nous ne sommes pas sortis de cette pandémie de Covid. Bien entendu, dès que les scientifiques nous diront ’’il n’y a plus de risque’’ ce sera remis sur la table.
Je préfère souligner la responsabilité et l’engagement de l’immense majorité des professionnels qui se sont fait vacciner »,
a ajouté le nouveau ministre, urgentiste de profession, car « ne pas se vacciner c’est plus de malades (donc) une surcharge supplémentaire de notre système de santé. »

Olivier Serva, qui s’exprimait au nom de ses collègues du groupe LIOT, et ses collègues porteront deux amendements « ayant vocation, a-t-il précisé, à rétablir les soignants dans leurs droits notamment statutaires, étant rappelé que les statuts des trois fonctions publiques ne prévoient pas de mesures de suspensions continues dans le temps. Par suite, le temps non travaillé et non rémunéré de tous les travailleurs privés involontairement de leurs emplois doit être évalué, chiffré et indemnisé. »

Il a peu de chance d’être entendu d’un ministre qui était jusqu’à il y a peu sur le terrain et qui a vu combien le refus de se faire vacciner de certains soignants a rendu la situation difficile pour les vaccinés qui poursuivent leur mission dans les établissements de soins.

Le député de la Guadeloupe et le Groupe LIOT réaffirment qu’il « se tiennent mobilisés aux côtés des personnels soignants, administratifs et médico-sociaux, bien conscients de ce que le traitement qui leur est infligé est anormal et spécial. »

Pour le territoire de la Guadeloupe, Olivier Serva se dit « prêt à partir de nouveau au contact des personnels suspendus afin d’être une force de proposition et parer les conséquences de la désorganisation de l’offre de soin au sein des hôpitaux et structures para-médicales en cas de 7e vague. »