25 septembre 2022

Opinion. La Caricom est-elle morte ?

PAR SIR RON SANDERS

Jusqu’à présent, dans cette tentative de réponse à la question « La CARICOM a-t-elle atteint ses limites d’intégration régionale », il a été établi qu’après près de 50 ans, le projet régional n’a pas réussi à tenir les engagements attendus du Traité de Chaguaramas de 1973 et de sa révision en 2001.

En résumé, alors que la révision de 2001 du Traité de la CARICOM a jeté les bases d’un espace économique unique (le marché et l’économie uniques des Caraïbes (CSME), les tentatives d’intégration régionale ont fait très peu de progrès. Pas même une union douanière, encore moins une Le marché commun a été établi.

La « souveraineté » des États individuels continue d’être la caractéristique dominante de la prise de décision, ce qui entraîne une mise en œuvre inadéquate ou inexistante des décisions régionales.

Le Secrétariat, qui a démarré avec brio sous William Demas et Alister McIntyre (deux personnalités caribéennes très respectées), et avec le soutien enthousiaste des gouvernements membres de l’époque, a sombré dans la paralysie et la gestion bureaucratique, en plus d’être mal financé.

De plus, la CARICOM s’est élargie prématurément au lieu de se concentrer sur l’approfondissement de son intégration.

Le problème d’Haïti

L’admission d’Haïti en 2002 a causé des problèmes d’intégration commerciale et économique – problèmes qui ne seront probablement pas résolus dans un avenir prévisible.

En outre, les gouvernements successifs d’Haïti ont violé la Charte de la société civile de la CARICOM de 1997 en ce qui concerne les élections libres et équitables, la bonne gouvernance et les droits civils et politiques.

Les Bahamas ne sont pas membres des aspects du marché commun de la CARICOM. Bien qu’il ait participé de manière bénéfique à certains aspects de la « coopération fonctionnelle », ses gouvernements ont été incohérents dans la coordination de la politique étrangère avec les autres États de la CARICOM.

La Jamaïque a constamment remis en question les avantages de sa propre participation à la CARICOM, se concentrant uniquement sur ses échanges avec Trinité-et-Tobago et ignorant le fait qu’elle bénéficie d’un important excédent commercial avec tous les autres États de la CARICOM, en particulier ceux qui sont également membres de l’Organisation des États des Caraïbes orientales (OECO).

En fonction également du parti politique au pouvoir, les gouvernements jamaïcains ont choisi de faire très peu de coordination de leurs positions en matière de politique étrangère.

La Commission jamaïcaine de 2017, dirigée par l’ancien Premier ministre Bruce Golding, qui a examiné les relations de la Jamaïque avec la CARICOM, a recommandé que, si des changements fondamentaux n’étaient pas apportés aux processus de la CARICOM, la Jamaïque devrait « se retirer du CSME » mais conserver une adhésion « similaire à celle des Bahamas. »

Ce dernier événement placerait la Jamaïque dans la même situation de semi-détachement que les Bahamas, affaiblissant encore plus l’Organisation.

La Déclaration de Rose Hall
n’a jamais été appliquée

Il convient toutefois de noter que le rapport Golding contenait de nombreuses observations et remarques valables concernant la réforme de la CARICOM, notamment en ce qui concerne la mise en œuvre de ses décisions.

En 2003, quatorze ans avant le rapport Golding, un autre Premier ministre jamaïcain, P.J. Patterson, un régionaliste engagé, a proposé à une réunion des chefs de gouvernement de la CARICOM, un mécanisme pour faciliter l’approfondissement de l’intégration régionale. Apparemment convaincus, les dirigeants ont adopté « la déclaration de Rose Hall ».

Cependant, même alors, il y avait des signes de réticence et de réticence, un premier ministre insistant pour accepter la déclaration de Rose Hall « en principe », et non en pratique. La Déclaration n’a jamais été exécutée.

Cela a amené Sir Shridath Ramphal, l’ancien homme d’État des Caraïbes qui a présidé la Commission des Indes occidentales de 1992, à observer, en 2014, que rien n’est sorti de la Déclaration parce qu’elle offrait « un régionalisme qui, malgré tous ses freins et contrepoids à la supranationalité, était encore trop pour l’immaturité cloîtrée d’une culture politique fixée par les compulsions obsessionnelles du contrôle local. »

Sir Shridath a également fait remarquer aujourd’hui avec une résonance poignante que si les dirigeants régionaux avaient mis en œuvre le mécanisme proposé par P.J. Patterson, « beaucoup de nos pays ne connaîtraient pas l’ampleur du terrible malheur économique et de l’incertitude qu’ils endurent actuellement. »

Aucun pays du CARICOM ne jouit
d’une indépendance économique durable

De manière réaliste, les défis auxquels sont confrontés les pays de la CARICOM, y compris Trinité-et-Tobago, le Guyana et le Suriname avec leurs richesses actuelles en pétrole et en gaz, sont qu’aucun d’entre eux, individuellement, ne jouit d’une indépendance économique durable.

Chacun d’eux est dépendant de l’aide au développement social et économique et à la sécurité dans toutes ses dimensions. Par conséquent, cette dépendance prive chacun d’eux d’une véritable indépendance politique.

Comme l’a dit le regretté Premier ministre d’Antigua-et-Barbuda, Lester Bird, en 1992, « Aucun petit État, sévèrement limité dans ses ressources naturelles, humaines et financières, ne peut fonctionner comme s’il s’agissait d’un grand pays [-] C’est un projet irréaliste approche de la résolution des problèmes et de la prise de décision dans un monde qui a adopté les alliances économiques, les fusions et la création de marchés régionaux uniques comme moyens de survie. »

Compte tenu de tout cela, la CARICOM n’a pas atteint ses limites d’intégration régionale ; en effet, la CARICOM a à peine effleuré la surface des avantages économiques et politiques

d’intégration.

Les dirigeants actuels de la région doivent naviguer dans leur pays à travers le maelström d’une dette élevée, des termes de l’échange toujours médiocres, un accès insuffisant au financement concessionnel pour le développement, des coûts élevés importés pour la nourriture et l’énergie, une infrastructure technologique inadéquate et l’impact du changement climatique.

Alors que certains d’entre eux, avec le pétrole et le gaz en particulier, peuvent résister à cette tempête pour le moment, les faiblesses sous-jacentes des petites économies individuelles persisteront.

Une approche résolue de l’approfondissement de l’intégration régionale avec des mécanismes efficaces de mise en œuvre est la seule réponse.

L’intégration comme salut

L’adhésion à une « communauté caribéenne d’États souverains » ne devrait pas changer. Mais ses dirigeants devraient au moins reconnaître que la « souveraineté » n’est bénéfique que si elle a de la force face à une communauté internationale.

De nombreux États membres de la communauté internationale en ont assez des demandes constantes sur l’argent de leurs contribuables de la part de petits États impuissants.

Ils ont eux-mêmes poursuivi l’intégration comme leur salut comme par exemple, dans l’Union européenne, la fédération des États-Unis d’Amérique, la fédération du Canada, la fédération du Mexique et la fédération du Brésil.

Alors que la Fédération est une contemplation maintenant trop imprégnée de peur, au moins une intégration plus profonde doit être une priorité et un engagement des dirigeants à l’approche du 60e anniversaire de la CARICOM.

Les dirigeants pourraient utilement envisager d’adapter l’une des recommandations de la Commission Golding, « de nommer un organe de surveillance composé de trois à cinq éminents ressortissants de la CARICOM pour examiner les performances de la CARICOM et, en particulier, la conformité des États membres… »

L’examen pourrait être envisagé en juillet 2023 et rendu public. Il ne manque pas de travail solide et faisant autorité qui aiderait l’examen. Comme le Dr Eric Williams, historien caribéen de renom, qui a conduit son pays, Trinité-et-Tobago, à l’indépendance à la suite de l’éclatement de la Fédération des Antilles, l’a conseillé avec une prescience convaincante en 1962 : « La séparation et la fragmentation étaient la politique de colonialisme et colonialismes rivaux. L’association et l’intégration doivent être la politique de l’indépendance ».

Sir Ron Sanders est l’ambassadeur d’Antigua-et-Barbuda auprès des États-Unis et de l’OEA. Il est également chercheur principal à l’Institute of Commonwealth Studies de l’Université de Londres et au Massey College de l’Université de Toronto. Les opinions exprimées sont entièrement les siennes.

Réponses et commentaires : www.sirronaldsanders.com