10 décembre 2022

Sainte-Rose. Adrien Baron reçoit Alexandre Rochatte

Réunion de travail d’Adrjen Baron avec le préfet Rochatte, en présente du secrétaire général, sous-préfet de la Basse-Terre, Maurice Tubul, et du conseil municipal.

Le représentant de l’Etat, Alexandre Rochatte, préfet de Région, reprend, après quelques jours de repos, sa tournée des communes. Il était, ce mardi matin, à Sainte-Rose, reçu par le maire, Adrien Baron, et le conseil municipal. Pour la deuxième fois.

Les visites aux maires se déroulent, pour le préfet, de la même façon : réunion de travail, mise en avant des problèmes de la commune, interrogations du préfet qui veut savoir (surtout s’il entend appuyer une demande de fonds).

A Sainte-Rose, ce matin, c’était le bureau des pleurs. C’est que la commune est bien encayée par la gestion calamiteuse de l’équipe précédente et qu’il s’agit de sortir du rouge décerné par la vigilante chambre régionale des comptes.

Le maire, Adrien Baron, sait faire vibrer la corde sensible, celle de l’intérêt général. Mais, le préfet connaît la musique. Bienveillant mais pragmatique, Alexandre Rochatte écoute, prend des notes, répond de temps en temps, souligne qu’avec 3% de taux d’encadrement, s’il ne faut pas hésiter à ne pas remplacer certains agents partant à la retraite, ceci n’empêche pas de faire quelques recrutements utiles, des techniciens éprouvés qui sauront monter des projets, constituer des dossiers, assurer le suivi de ceux-ci, puis de la concrétisation des projets une fois les fonds trouvés.

Relancer la machine permettra, c’est le souhait du préfet Alexandre Rochatte, de mettre en place le Dispositif COROM, COntrat de Redressement Outre-Mer, comme il l’a fait à Pointe-à-Pitre et à Basse-Terre.

Le préfet Rochatte :

Côté soucis récurrents, la commune de Sainte-Rose a les mêmes qu’ailleurs en Guadeloupe : pas d’eau (moins d’eau que du temps de la régie communale), une gestion des déchets calamiteuse (les poubelles ne sont pas toujours ramassées, compétence de la CANBT et les stations d’épuration n’apurent rien, tout va à la mer), etc.

Adrien Baron, maire de Sainte-Rose :

Une maison France Services toute neuve

Après cette réunion, le préfet a été invité à inaugurer, à côté de la mairie, l’une des 15 Maisons France Services qu’il a mises en place dans l’archipel. Il y en aura 17 en tout plus quatre bus (dont un pour Marie-Galante) afin que les grands services de l’Etat mais d’autres encore contribuent à un rapprochement entre administrations et population. L’accès au droit n’est pas oublié avec une permanence justice.

Laurence Raymond assure la direction de l’établissement, brillante agente municipale soustraite à l’équipe du CCASS pour animer cette maison. Elle est accompagnée d’une animatrice, qui pourra aider dans les démarches, et d’un conseiller numérique, qui viendra au secours des personnes qui ne maîtrisent pas complètement l’informatique. Car, les démarches sont numériques.

Le maire et le préfet ont signé la convention.

La convention entre la mairie qui met à disposition le bâtiment et le personnel de direction, et la préfecture, qui versera 30 000 euros chaque année pour le fonctionnement de la Maison France Services a été signé.

Le ruban est coupé.

Plus tard, le préfet a été invité à visiter quelques quartiers, dont La Boucan, dont les maisons flanquent la route de part et d’autre, avec un trafic dont l’importance appelle à l’urgence de la déviation qui est en cours de réalisation entre la zone industrialo-commerciale de La Jaula et celle de Noliviers, en enjambant la rivière à Goyaves.