30 novembre 2022

Marie-Galante poursuit le tri sélectif avec des bornes innovantes

Installées depuis quelques semaines en plusieurs points de la Grande galette, les bornes de tri « nouvelle génération » ont été inaugurées.

C’est la concrétisation d’un projet porté depuis plus d’un an par la Communauté de communes de Marie-Galante (CCMG). Depuis un mois, les administrés de Capesterre, Grand-Bourg et Saint-Louis ont vu fleurir dans leur quartier un ensemble de trois nouvelles bornes.

Pour le plastique, le verre et, grande nouveauté, les ordures ménagères. Sur les 28 nouveaux points de collecte de déchets à installer, 7 sont déjà en service. Les bornes du point de collecte du Passage des braves (Grand-Bourg) ont été inaugurées le 18 novembre.

Augmenter le tonnage de déchets triés

« La CCMG a mis en place une politique de densification des 23 points d’apports volontaires déjà existants à Marie-Galante, pour augmenter le tri sélectif », explique Joël Toto, élu communautaire, délégué aux déchets. Aujourd’hui, nous avons 3600 tonnes de déchets enfouis à la Gabarre : le tri sélectif représente 100 tonnes de verre et 70 tonnes d’emballage. Nous voulons réduire l’enfouissement en augmentant le volume de tri. »

L’objectif, pour cette première année, est d’augmenter de 25 % le tonnage de déchets triés. « On pourra sans doute faire mieux, poursuit Joël Toto. À terme, il s’agit de réduire l’impact à l’enfouissement, en sachant que dans les prochaines années, la taxe générale des activités polluantes va augmenter. »

Une démarche vertueuse à poursuivre collectivement

Philippe Moccand, directeur de Citeo Outremer, lors de l’inauguration du point de collecte du Passage des braves.

Pour inciter chacun à adhérer à cette démarche vertueuse, la Communauté des communes de Marie-Galante se donne les moyens. En plus de collecter aussi les ordures ménagères (pour éviter les sacs poubelles posés à même le sol), les nouvelles bornes de tri sont géolocalisables. Grâce à l’application Citeo, chacun peut savoir où elles sont situées. Plus d’excuse, donc.

« Parmi les innovations, ces bornes, entièrement en plastique, sont mieux adaptées aux assauts du climat local, commente Joël Toto. Elles sont aussi équipées de capteurs qui indiquent, heure par heure, le niveau de remplissage. Ce qui permet aux équipes de récupérer en priorité les bornes pleines. »

L’installation des bornes innovantes se poursuit sur l’ensemble du territoire.

Cécilia Larney