01 décembre 2022

Théâtre. Zantray : une pièce de Franck Salin sur les violences conjugales

En amont de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le 25 novembre, Franck Salin, auteur dramaturge et metteur en scène, était invité ce lundi 21 novembre, à l’Auditorium de Basse-Terre pour présenter sa pièce Zantray sur les violences conjugales et intra-familiales.

Zantray est une comédie dramatique d’actualité qui aborde sans complaisance, mais avec humour et tendresse, un fléau qui ronge de façon persistante notre société.

Irène Bicep, Christian Julien, Franck Salin, Françoise Gace et Audrey Montantin.

Environ 150 personnes, acteurs institutionnels et associations impliqués dans la lutte contre les violences faites aux femmes ont assisté à la représentation de Zantray, ce lundi 21 novembre, à Basse-Terre. A l’issue du spectacle, Franck Salin, auteur et metteur en scène a animé un échange entre les acteurs et le public autour des problématiques soulevées par la pièce.

Institutions et associations

Plusieurs services de l’Etat, parmi lesquels le Bureau de la sécurité intérieure, la direction départementale de la sécurité publique, la gendarmerie nationale, les représentants de la Justice, ainsi que la rectrice de l’académie ont participé au débat. Françoise Gace, présidente de la Maison des parents et de la famille, et Audrey Montantin, du Centre de prise en charge des auteurs de violences étaient également présentes.

Huis clos

Zantray met en scène deux personnages – un homme (José), et une femme (Marie-Paule) – qui se confrontent dans un lieu clos à la suite d’un drame familial à l’origine de leur séparation. José, enfermé dans une chambre d’hôpital psychiatrique, rumine sur son passé et sa condition, ressasse avec remord toutes les choses qu’il a dites, toutes les choses qu’il a faites. Il est tour à tour gai, triste, irrité, résigné…

Quand Marie-Paule, l’amour de sa vie, lui rend visite, l’homme croyant toujours à son pouvoir de séduction et sa supériorité d’homme, tente à nouveau de séduire sa femme et de l’apprivoiser. Mais elle n’est pas là pour ça. Elle est venue pour se venger. Se venger d’un drame épouvantable dont il s’est rendu coupable et qui justifie qu’il se trouve aujourd’hui enfermé entre les murs de cet hôpital.

Une comédie attachante

Avec beaucoup de justesse et de lucidité, la pièce aborde la question des rapports souvent difficiles, parfois conflictuels à l’intérieur du couple qui se terminent quelquefois dans la violence. Les comédiens, Christian Julien et Irène Bicep, qui portent magistralement la pièce amènent par leur talent chacun d’entre nous à s’interroger sur la complexité des relations humaines et en particulier les relations hommes-femmes.

Une comédie attachante en un acte qui doit à la saveur et à la poésie de la langue créole une grande part du charme et de l’émotion qu’elle suscite.

Pour la prévention de la violence

Cette soirée, organisée dans le cadre des rendez-vous de la prévention de la délinquance et de la lutte contre les violences et les addictions était initiée par le préfet de région. Ce cycle de rendez-vous avait débuté le 10 novembre par une rencontre avec les élus, les représentants des communautés d’agglomérations et le président de l’association des maires. Un bilan de la délinquance avait alors été présenté. Le débat avait porté sur la gestion des grands rassemblements et la gestion de crise.

Directeur de cabinet du préfet Alexandre Rochatte, Tristan Riquelme, a insisté sur les objectifs de prévention des violences sous toutes leurs formes fixés par les services concernés, précisant que ce rendez-vous est au début d’un cycle que le préfet entend bien poursuivre.