05 février 2023

Enquête. Pourquoi voyager rend heureux ?

Selon une étude, les personnes qui voyagent plus fréquemment connaissent des niveaux de bonheur plus élevés en raison des substances libérées par le cerveau lorsqu’elles quittent leur zone de confort et leur routine.

La dopamine, l’ocytocine et la sérotonine sont toutes activées lors de voyages où l’individu franchit les limites du territoire connu pour entrer dans un monde qui lui est totalement étranger, illuminant son cerveau.

Marta Jimenez Castro, neuropsychologue spécialisée des troubles de l’anxiété et de l’humeur, explique : « Voyager, c’est comme tomber amoureux : le cerveau réagit de la même façon quand on voyage que quand on tombe amoureux. Le mental ne fait pas de distinction entre un nouveau stimulus et un autre. Peu importe qu’il s’agisse d’un nouveau partenaire ou d’un endroit inconnu. Il concentre son attention sur les nouveaux stimuli et les détecte grâce à la dopamine. C’est pourquoi les voyages ont un effet psychologique et émotionnel positif sur nous. Même s’il s’agit d’une escapade d’un week-end. »

Vivre plus longtemps… et mieux !

Il y a quelques années, une équipe de chercheurs de l’Université Cornell a déterminé que le bonheur se loge dans l’enregistrement de souvenirs et d’expériences pertinents, dont l’expression ultime est le voyage. 

L’étude s’est penchée sur le cerveau pour trouver un certain nombre d’indices qui semblent établir des liens étroits entre la longévité et les voyages. D’autres études affirment qu’il existe une sorte de gène de l’aventure, le DRD4-7r, un récepteur de la dopamine qui détermine le désir d’explorer.

Il semble que les voyages ont un effet positif sur la santé, en augmentant l’espérance et la qualité de vie des voyageurs. Dans certains cas, faire ses valises n’est pas une impulsion naturelle, mais les scientifiques semblent s’accorder à dire qu’il faudrait le faire, même si cela n’est pas aisé, jusqu’à ce que cela devienne naturel. Il ne s’agit pas seulement d’une question de plaisir momentané : c’est clairement investir dans la santé.

Le stress ne rentre pas dans la valise

Il semblerait que certains problèmes n’ont pas leur place dans nos bagages. Du moins, pour le cerveau. Il se peut qu’un ou deux nous suivent, mais peu de temps après, ceux-ci disparaissent rapidement en se perdant dans la nouvelle destination.

Andrés Muatruga, sociologue et auteur de plusieurs livres sur l’impact du développement technologique, affirme que « le stress est une épidémie qui nous suit à travers des appareils tels que le téléphone, la tablette ou l’ordinateur », et assure que « cette situation a un impact sur notre cerveau dont nous n’avons pas encore pu vérifier toutes les conséquences ». Cependant, l’augmentation des troubles anxieux et dépressifs ces dernières années est indéniable et, dans de nombreux cas, semble être liée au développement technologique (notamment en raison de l’hyperconnectivité et de la comparaison constante sur les réseaux sociaux).

« La dopamine anticipe les scénarios que vous allez vivre dans le futur. »

Marta Jimenez a un médicament clair pour contrer les effets de la société actuelle : motivation, excitation et déconnexion. La neuropsychologue affirme que « nous avons tous ressenti cette sensation au travail, lorsque vous anticipez des vacances ou un week-end : vos performances changent et vous vous concentrez d’une manière différente parce que la fameuse dopamine anticipe les scénarios que vous allez vivre dans le futur. » Au contraire, lorsque vous ne voyagez pas et que votre vie devient monotone, ce qui se passe dans le cerveau est que la dopamine – l’hormone qui nous excite et motive – diminue en même temps que d’autres substances telles que l’ocytocine ou la sérotonine.

Un bon remède pour combattre les états constants d’apathie, de stress ou d’anxiété peut être de s’asseoir de rechercher les destinations où vous aimeriez vous rendre. Lorsque vous programmez un voyage, votre esprit est déjà présent à cet endroit et cela modifie la chimie du cerveau.